Mots-clés : connaissance de soi, réflexion, intérêts, métier, profession

Type d'activité

Exploration de soi

Objectif de l’activité

Amener l’élève à formuler ses intérêts et désintérêts au niveau professionnel.

Public cible

5ème (l’activité peut être réalisée à nouveau en 6ème)

Nombre d’enseignant(s) par élève

Un ou deux enseignant(s) par groupe classe

Lieu et durée de l’activité

En classe
2 périodes de cours consécutives

Partenaires extérieurs

Cette activité touche à la connaissance de soi et doit être menée en collaboration avec un agent d’un centre PMS par exemple, pour en assurer la conduite objective et éviter d’influencer l’élève dans sa réflexion personnelle.

Matériel nécessaire

Contenu de l’activité

Distribution à chaque élève d’un lot de 101 cartes métiers et une dizaine de post-it.

Les élèves réalisent l’activité en suivant les consignes suivantes :

  • Classer les cartes métiers en 2 catégories : « ça m’intéresse » / « ça ne m’intéresse pas ». (L’enseignant peut insister sur l’importance de sélectionner des métiers que les élèves auraient envie d’exercer parce qu’ils les intéressent, peu importe leurs compétences.)
  • Analyser dans un premier temps la sélection des métiers qui intéressent et constituer des sous-groupes regroupant les métiers qui intéressent pour une même raison.
    • Écrire chaque raison sur un post-it et le coller sur le sous-groupe correspondant.
    • Formuler les raisons de l’intérêt sur les post-it de la manière suivante : “Un métier qui permet de…” (ex : travailler à l’extérieur, faire des sciences, travailler en équipe, voyager, …) afin que ce critère décrive de manière suffisamment précise l’intérêt.
  • Faire de même dans un deuxième temps avec le tas des métiers qui n’intéressent pas, en regroupant cette fois les métiers qui n’intéressent pas pour une même raison.
    • Pour ce deuxième tas des métiers qui n’intéressent pas, formuler les raisons du désintérêt sur les post-it de la manière suivante : “Un métier qui oblige à…” (ex : prendre la parole en public, maîtriser plusieurs langues, avoir un horaire variable, travailler seul, …) afin que ce critère décrive de manière suffisamment précise le désintérêt.

Il est important de laisser le temps à chaque élève d’aller, au moins, au bout de l’analyse du tas des métiers qui intéressent.

Certains élèves auront besoin de peu de temps, d’autres de davantage de temps. Pour s’adapter aux besoins de chacun, l’idée est que chaque fois qu’un élève a terminé, l’enseignant l’amène individuellement à analyser le tas des métiers qui ne l’intéressent pas comme indiqué ci-dessus ; ceux qui n’ont pas terminé, poursuivent la première analyse demandée.

En classe, chaque élève fait individuellement le débriefing de l’activité en répondant aux questions du document Ce que je retiens.

Mises en garde, points d’attention, conseils

  • Avoir des post-it en réserve pour les élèves qui auraient besoin d’en avoir plus d’une dizaine.
  • 101 cartes à multiplier par le nombre d’élèves représentent une certaine quantité de copies, mais ces cartes une fois utilisées sont remises à l’enseignant qui peut ensuite les utiliser avec un autre groupe classe et/ou les années suivantes. Il est conseillé de les plastifier.
  • Le rôle de l’enseignant dans cette activité est celui d’une oreille attentive et d’un maître du temps. Il respectera l’intimité nécessaire à l’élève pour réaliser l’activité.
  • Attirer l’attention de l’élève sur le fait que le document Ce que je retiens est personnel et lui appartient pour qu’il se sente en confiance pour exprimer ce qui caractérise ses intérêts.
  • Si un partage d’idées est organisé à un moment avec le groupe classe, l’enseignant veillera à ce qu’un climat de confiance et de bienveillance soit instauré au préalable.

Prolongement de l’activité

Les intérêts professionnels identifiés par l’élève peuvent être indiqués dans le puzzle « Le point sur moi » de l’activité de Planification et synthèse des activités d’orientation (Fiche1) si celle-ci est mise en place avec la classe.

L’exploration de ses intérêts gagne en richesse, en finesse et en validation, si elle s’appuie sur minimum 2 activités dont l’élève peut confronter les résultats. Voici plusieurs variantes qui peuvent se combiner avec l’activité décrite dans cette fiche-outil :

  • Participer à l’atelier « connaissance de soi » proposé par la Cité Des Métiers de Namur. Des dispositifs similaires sont organisés par d’autres services, dans d’autres villes.
  • Passer le test en ligne de l’outil CURSUS (https://cursus.polelouvain.be/) afin d’identifier des domaines professionnels liés aux intérêts et au vécu personnel de l’élève, d’explorer les professions de ces domaines et de repérer les formations en lien avec ces métiers.
  • Repérer les intérêts et environnements professionnels qui attirent via l’outil Explorama (photos d’environnements et de gestes professionnels).
  • Passer le test Hexa3D (test d’intérêts basé sur le modèle RIASEC de Holland – outil informatique) et en analyser les résultats. Ce test doit être réalisé par un psychologue.
  • Répondre à un questionnaire papier basé sur le modèle RIASEC de Holland (cf. p12-17 du guide de l’élève de la Commission Scolaire De Montréal (2012)). Attention : celui-ci évalue les intérêts mais également d’autres facettes de la connaissance de soi telles que les qualités et les valeurs.

Après avoir travaillé avec l’élève sur l’identification de ses intérêts et des pistes de métiers qui y répondent, il est intéressant de l’amener à rencontrer un professionnel du domaine (Fiche 10 : Rencontre avec un professionnel) voire à réaliser un stage auprès de lui (Fiche 11 : Réalisation d’un stage dans un milieu professionnel).

Référence

Formation ReBOND (Février 2019). Explorer mes centres d’intérêts et dégager des pistes (tri des cartes métiers). Dans Construction et validation de projets (p108-110).